Accueil

Le SNEPL-CFTC est un syndicat de la CFTC

Le SNEPL-CFTC est présent tous les jours à vos côtés pour défendre vos intérêts, gérer votre carrière et vous informer.

Le SNEPL-CFTC
Syndicat des salariés des secteurs

OF Organismes de formation
HC Établissements hors contrat
SC Établissements privés sous contrat
ED Enseignement à distance
ME Maisons d'étudiants
CFA Centres de formation des apprentis

* * * * * *

DROITS AU CHÔMAGE : CE QUI CHANGE

(21 mai 2014)

La négociation chômage s’est ouverte dans un contexte économique et social difficile avec 17.8 milliards d’euros de déficit cumulés.

La Confédération CFTC a su faire prendre en compte ses revendications tout au long des réunions.

Pour la CFTC, l’objectif était de mettre en place le principe des droits rechargeables tout en conservant les principaux acquis du régime d’assurance chômage suivants :

Malgré diverses propositions pour augmenter les recettes (suppression du plafond, instauration d’un bonus/malus sur les contrats précaires…), le patronat a tout rejeté.

Pour la CFTC, les efforts devaient être partagés tant du côté des employeurs que des salariés.

Dans l’ultime trame, la CFTC a réussi à :

Enfin, dans le cadre du groupe de travail mis en place, la CFTC a été entendue pour travailler sur une aide financière en cas de reprise d’emploi et/ou d’entrée en formation.

La CFTC reste mobilisée et attentive dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle convention.

* * * * * *

feuvert

CONTACTEZ NOUS

Le SNEPL-CFTC est chaque jour à vos côtés pour vous informer, vous renseigner, vous conseiller.

E-mail général  : snepl@yahoo.fr (réponse rapide)
Tél : 01 73 30 42 40 (répondeur) ou 06 12 04 89 50
Organisme de formation : sneplof@yahoo.fr
Établissements privés sous contrat d'association : sneplsc@yahoo.fr

* * * * * *

CALENDRIER SCOLAIRE DES 3 ZONES

* * * * * *

TRAVAIL DU DIMANCHE

30 septembre 2013 - Pantin
Positions de la CFTC

La CFTC prend acte avec satisfaction de la volonté exprimée par Michel sapin, ministre du Travail, de préserver le principe de repos dominical. La CFTC approuve la mise en place d'une mission destinée à « clarifier le cadre juridique du travail du dimanche. »

Elle, qui depuis l'origine, dénonce les incohérences de la loi actuelle et le maquis de ces dérogations, portera ses propositions auprès de M. Jean Paul bailly sur ce thème, notamment en demandant l'obligation, avant d'accorder toute dérogation au repos dominical, de réaliser une étude d'impact portant sur :

En outre, la CFTC demande que soit effectuée une étude sur les politiques de rémunérations au sein des grandes enseignes du commerce.

Pour la CFTC, le repos dominical, ce temps collectif essentiel pour la vie familiale, personnelle, associative et spirituelle, doit être préservé.

Ce respect du principe du repos le dimanche, n'est pas incompatible avec les exceptions de bon sens comme celles qui existent pour les commerces de proximités, les marchés traditionnels, les cafés-restaurants, les cinémas, les transports...

La CFTC reste et restera vigilante afin que l'organisation de la société en général, et du commerce en particulier, se fasse au service des femmes et des hommes et non de l'intérêt à court terme de quelques grandes enseignes.

Et le SNEPL-CFTC...

Si l'exemple du Commerce est celui qui est mis en avant par l'actualité, nos secteurs de l'enseignement et de la formation ne sont pas épargnés ! Nous ne parlons pas ici des internats qui bien entendu nécessitent le travail du dimanche du personnel de surveillance, de service et d'encadrement.

Nous avons déjà été interrogés par la Préfecture de Paris dans le cadre d'une demande de dérogation pour une école d'enseignement supérieur qui souhaitait ouvrir ses portes le dimanche.

Notre position est claire, si des besoins sont réels (ce qui reste à prouver), les salariés doivent aussi y trouver un mieux disant. Donc sans doublement de salaire ce jour là, il n'est même pas la peine d'y penser !

L'employeur, n'ayant pas trouvé bon d'ouvrir une négociation en ce sens, s'est vu opposé un refus de notre part !

Ce sujet est complexe, nous sommes dans une dualité de questionnement : en tant que consommateur certes, mais aussi en tant que salarié potentiellement sollicité pour travailler le dimanche, ne l'oublions jamais !

* * * * * *

Un blog pour les enseignants d'île de France… un blog pour les enseignants île de France…
CarteIleFrance

* * * * * *

JUILLET 2013

Où trouver les informations ?
Flash info
HORS-CONTRAT

Le SNEPL-CFTC refuse de signer l’avenant n°21 proposé par la délégation patronale (FNEP) dont certaines dispositions restent extrêmement dommageables pour la qualité de l’enseignement supérieur privé.

En savoir plus

JUIN 2013

Où trouver les informations ?
Hors-Contrat-actualités

Le SNEPL-CFTC développe son audience dans de grandes école

En savoir plus

Avril

MAI 2013

Où trouver les informations ?
CFTC

Des propositions contre le dumping social

En savoir plus

Lundi de Pentecôte

La CFTC couvre par un mot d’ordre de grève nationale, tout salarié qui, hors des légitimes obligations de service public, n’irait pas travailler en ces jours de repos consacrés à la vie familiale, personnelle, associative ou spirituelle.

En savoir plus

Le calendrier des commissions paritaires

En savoir plus

AVRIL 2013

Où trouver les informations ?
CFTC

C’est un bon accord.

Tout savoir sur l’ANI :

Mutuelle

Les tarifs SNEPL de la mutuelle

En savoir plus

Snepl/commissions

Liste des commissions auxquelles participe le SNEPL

En savoir plus

Hors contrat/conventions collectives

• Convention de la FESIC.

• Liste des écoles du groupement professionnel de l’UGEI (UGEI GP) qui dépendent de la convention FESIC.

• Convention collective nationale du travail du personnel enseignant, formateur et maitre professionnel des centres de formation continue, et des centres, sections et unités de formation par apprentissage, intégrés à un établissement d'enseignement technique privé ou communs à plusieurs établissements d'enseignement technique privé et des écoles de production.

CCN 2152

• Convention collective nationale du travail Des personnels enseignant hors contrat et des chefs de travaux Exerçant des responsabilités hors contrat dans les établissements d'enseignement technique privés.

CCN 1446

En savoir plus

Hors contrat/Formation

Formation continue des salariés de la branche = une période de transition !

En savoir plus

Hors-Contrat/actualités

Rapport de branche, Enseignement Privé Hors Contrat

En savoir plus

Maison d'étudiants/actualités

Des nouvelles en demi-teintes pour les salaires et la prévoyance

En savoir plus

Enseignement à distance/actualités

La fédération employeur est aux abonnés absents

En savoir plus

* * * * * *

Succes2

Le SNEPL-CFTC est heureux de vous faire part des bons résultats de la représentativité qu'il a obtenus. Le SNEPL-CFTC ne vous promet pas la lune comme d'autres syndicats, il a seulement pour mission de vous informer et de vous aider.

– 19,05 % pour l’enseignement privé hors contrat, 2e syndicat national en terme d’audience après la CFDT et avant la CGT (CCN 2691)

– 15,65 % enseignement privé à distance, 2e syndicat national (CCN 2101)

– 10,74% pour les organismes de formation, 4e syndicat national (CCN 1516)

– 10,31 % pour les maisons d’étudiants, 4e syndicat national (CCN 1671)

Au sein de la fédération de l’enseignement privé et de la formation de la CFTC (FESEP), nous partageons les résultats suivants :

– 47,69 % pour les personnels enseignant, formateur des CFC CFA, 1er syndicat national (CCN 2152)

– 29,7 % pour l’enseignement privé sous contrat, 2e syndicat national.(CCN 2408)

– 13,56 % pour les salariés personnels enseignant hors contrat et chefs de travaux, 2e syndicat national (CCN 1446)

Qu'attendez vous pour nous rejoindre ?

* * * * * *

LA CFTC : IRREMPLAÇABLE ET TOUJOURS REPRÉSENTATIVE !

Le Haut Conseil du Dialogue social s'est réuni ce matin pour annoncer l'audience de chaque syndicat au niveau national et par branche à partir des résultats des élections professionnelles.

La CFTC remercie l'ensemble des salariés qui lui ont accordé leur confiance durant toute l'étendue du 1er cycle de 2009 à 2012, et ses militants qui chaque jour portent les valeurs de la CFTC.

Avec une audience de 9,3 %, la CFTC se réjouit de ce score qui lui permet de rester représentative et de prendre part aux négociations interprofessionnelles et par conséquent participer au dialogue social national, durant les quatre prochaines années.

La CFTC continuera à défendre tous les salariés, à conforter ses points forts et à se développer en prolongeant ainsi la dynamique mise œuvre depuis près de 100 ans.

Par le travail des équipes de terrain et leur implication au quotidien, la Confédération était persuadée de conserver sa représentativité malgré les attaques de toute sorte.

La légitimité de la CFTC qui repose aussi sur son histoire, les avancées sociales auxquelles elle a contribué et sa conception du syndicalisme fondée sur des valeurs de dignité et de respect de la personne humaine, s'en trouve renforcée. La CFTC est un syndicat de conciliation et de dialogue, qui prend en compte les préoccupations de l'Homme dans sa globalité et de sa famille, tout au long de sa vie, et le replace au centre du système économique.

Dans le contexte de crise actuelle, les salariés ont besoin d'une organisation constructive et déterminée. La CFTC a toujours tenu ce rôle, c'est pour cette raison qu'elle continuera d'être proche des préoccupations des salariés, d'agir et de progresser.

* * * * * *

SecurisationEmploi

SÉCURISATION DE L'EMPLOI

Avec cet accord, les salariés en CDI, en CDD, demandeurs d'emploi ou jeunes de moins de 30 ans, bénéficient de nouveaux droits en matière d’emploi, d’assurance-chômage, de formation et de couverture santé.

 Télécharger la plaquette

* * * * * *

Danger sur le régime additionnel de retraite des personnels enseignants et de documentation des établissements privés sous contrat.

HommeInquiet

Lu dans café pédagogique du 1er nov 2012 :

Ce régime doit être très rapidement réformé écrit la Cour des comptes dans un référé rendu public le 31 octobre. Le régime complémentaire des enseignants du privé sous contrat a été institué en2005 afin de compenser graduellement la différence entre les retraites du privé (payées par le régime général) et du public (pensions d'Etat). Or selon la Cour, il serait en déficit dès 2012 et ses réserves seraient épuisées dès 2019. Financé par des prélèvements obligatoires sur les salaires le régime est plombé par une distribution trop généreuse de droits attribués à des personnels qui n'ont pas ou peu cotisés. D'après la Cour, le régime serait trop généreux. Au lieu de compenser la différence entre les deux régimes de retraite, il inverserait le déséquilibre pour les agents dont le salaire est inférieur à l'indice 690. Le gouvernement, par une lettre de M Touraine, ministre des affaires sociales, annonce une réforme en urgence de la loi de 2005. D'une part en gelant les droits à pension et en agissant sur les droits gratuits. Ensuite en stabilisant la montée en charge du dispositif et en relevant les cotisations.

in le café pédagogique

* * * * * *

PCoton

Congrès du SNEPL-CFTC , 19 octobre 2012

Pascale Coton, secrétaire générale de la CFTC, a ouvert le congrès du SNEPL par un discours qui fut vivement applaudi.

Par la suite, le congrès s'est déroulé dans une atmosphère chaleureuse d'échanges et de réflexion. Le nouveau Conseil national, mis en place, a renouvelé sa confiance dans le Bureau de la précédente mandature. Le SNEPL repart donc, encouragé à relever les nombreux défis que rencontrent les branches dont il s'occupe.

 Lire le discours de Pascale Coton

* * * * * *

La manifestation du 6 octobre a été un succès

PsaeeManif1

Les salariés (PSAEE) ont bravé la pluie et les kilomètres. Ils sont venus en car, en train, en voiture… bien décidés à dire aux employeurs qu'ils en avaient assez.

A 15h, une délégation de salariés a été reçue pendant une bonne heure par des représentants du collège employeur (le Président de la Fnogec et un représentant du Synadic). Les salariés ont pu ainsi exprimer le sentiment : La reclassification a été un échec parce que de nombreux chefs d’établissement se sont comportés de manière incompétente. Le président de la FNOGEC a pris l’engagement devant la délégation que le dossier des reclassifications serait repris. Les salariés ont insisté pour que dans l’état actuel des négociations, les employeurs acceptent le prolongement de la durée de survie de la convention collective, telle que l’ont demandé les organisations syndicales, afin de ne pas se trouver face à un refus de signature.

* * * * * *

APPEL À MANIFESTER SAMEDI 6 OCTOBRE

ManifPSAEE

Salariés PSAEE :

le collège employeur revendique la régression sociale.

Certains employeurs diffusent actuellement un document intitulé « Convention collective des PSAEE, vers un accord équitable ».

Le seul titre suffit à comprendre que les employeurs proposent une convention collective moins avantageuse que la précédente.

Mais est-ce aux salariés de faire un effort pour parvenir à un accord que les employeurs jugent équitable ?

Car c'est bien un RECUL SOCIAL que revendiquent les employeurs de l'enseignement catholique :

Ne pensez pas que seuls sont visés les nouveaux embauchés :

Vous êtes tous concernés !

Les personnels dont le temps de travail n'est pas explicitement précisé par leur contrat de travail vont devoir travailler plus ou passer à temps partiel (avec un salaire mensuel en baisse)

A défaut de nouvelle convention collective, c'est le code du travail qui s'appliquera dès le 14 décembre 2012 à TOUS les salariés, y compris ceux embauchés avant la dénonciation de la convention collective.

Les employeurs ont clairement refusé :

La mauvaise volonté des « employeurs équitables » a amené les organisations syndicales à demander au ministère du travail d'intervenir dans les négociations.

Sachez aussi que « les employeurs équitables » ont été convoqués au ministère du travail pour expliquer pourquoi depuis 3 ans aucun accord salarial n'a été signé.

Venez manifester, avec la CFTC, votre refus le 6 octobre à Paris

(Article L. 2142-4 - Code du Travail (Ordonnance n° 2007-329 du 12 mars 2007)

SOYONS NOMBREUX À MONTRER NOTRE DÉSACCORD
LE SAMEDI 6 OCTOBRE.

* * * * * *

Salariés des TPE des organismes de formation, des écoles privées, des CFA, vous qui ne bénéficiez pas de comités d’entreprises, de délégués du personnel pour vous représenter et vous aider, vous avez enfin la chance de pouvoir vous exprimer lors des élections qui vont avoir lieu du 28 novembre au 12 décembre 2012.

ALORS VOTEZ !
VOTEZ CFTC

Annonce

Personnels des services administratifs, économiques et d’éducation - PSAEE en colère…

Pourquoi ?

La négociation sur les classifications a débuté en septembre 2007.

Cinq ans plus tard, non seulement l’accord conclu en juillet 2010 n’est pas respecté dans de nombreux établissements, mais de plus la convention collective a été dénoncée par les employeurs en juin 2011.

Le collège employeur veut compenser la revalorisation obtenue par les nouvelles classifications en augmentant le temps de travail et en supprimant des avantages conventionnels.

Au terme de cinq réunions de négociation et sept réunions de groupes de travail, aucun chapitre de la future convention collective n’est pas encore finalisé.

Quelles revendications ?

I – Classifications et rémunération

Les organisations syndicales n’acceptent pas le déclassement des cadres et l’absence de correction des défauts structurels des nouvelles classifications. Il est aussi nécessaire de fixer un cadre pour garantir l’évolution de carrière.

II – Temps de travail

Les organisations syndicales n’acceptent pas une augmentation du temps de travail des personnels sans compensation fondée sur les équilibres trouvés antérieurement grâce des accords ARTT, travail de nuit, équivalences…

III - Avantages conventionnels/catégoriels

Les organisations syndicales n’acceptent pas la suppression des avantages catégoriels et conventionnels sans contreparties.

Les actions syndicales

Le 22 juin 2011 un rassemblement intersyndical à Paris a dit, avec force, que les salariés ne voulaient pas d’une convention collective au rabais mais au contraire une convention collective qui améliore leurs droits.

Le 5 juillet 2012 un nouveau rassemblement intersyndical a permis d’augmenter le nombre de réunions pour tenter de finaliser un accord avant fin décembre.

Pour montrer leur détermination,
la CFTC, la CFDT, le SPELC, la CGC
appellent l’ensemble des personnels à venir manifester, à Paris,
le samedi 6 octobre.

Rendez-vous au jardin du Luxembourg ; la manifestation partira du Luxembourg vers 13 heures pour se diriger vers les locaux de la FNOGEC, rue Saint-Jacques.

VENEZ NOMBREUX

* * * * * *

DEVANT L'INTRANSIGEANCE DU COLLÈGE EMPLOYEUR, LE COMBAT CONTINUE

Répondant à l’appel de la CFTC, de la Fep-CFDT et du Spelc, une centaine de personnes (dont une quarantaine de la CFTC) venues de toute la France, se sont rassemblées ce jeudi 5 juillet 2012 devant le siège de la Fnogec au 277 rue Saint-Jacques à Paris pour manifester leur impatience et leur colère face à l’attitude du collège employeur qui après avoir dénoncé une grande partie de la convention collective n’exprime pas la volonté d’aboutir à un nouvel accord.

SourdAveugle

Rassemblés pour soutenir leurs représentants convoqués ce jour pour travailler avec le collège employeur sur l’élaboration d’un nouveau texte (la date de validité du précédent arrivant à échéance le 8 décembre), au rythme de chants, slogans, instruments en tout genre, les personnels sont venus se faire entendre.

À 14 heures, une délégation composée de responsables des syndicats et de salariés a été reçue par une délégation du collège employeur.

Après lecture d’une déclaration rédigée par les responsables des organisations, les salariés ont eu l’occasion de faire part des difficultés rencontrées (notamment l’absence de fiches de postes) et d’exprimer leurs souhaits.

Le collège employeur a écouté mais n'est absolument pas revenu sur les points essentiels de la colère des salariés :
– La très faible augmentation de la valeur du point d’indice Fnogec,
– La remise en cause du temps de travail.

Alors le combat va continuer…

Manif

* * * * * *

PSAEE

Échec de la NAO 2012

« SCANDALEUSE proposition du collège employeur »

MOBILISATION À PARIS LE 5 JUILLET 2012,

STOPPONS L’HYPOCRISIE !

Colerebis

La réunion concernant la négociation annuelle obligatoire (NAO) a eu lieu ce mardi 26 juin. La proposition du collège employeur est INDÉCENTE.

Et en aucun cas les salariés ne peuvent accepter qu’en guise de pain quotidien l’Enseignement Catholique ne leur offre que «royalement» des MIETTES !

Les propositions du collège employeur :

Le collège employeur a refusé de modifier d’un iota ses propositions faites le 7 juin 2012 qui se déclinent notamment en deux points :

1– Création d’un salaire minimum de la branche, coefficient 1050 soit : 1 462,125 € brut. Mesure inacceptable car seuls seraient concernés par cette pitoyable mesure sociale les salariés de strate I de degrés 4, 5 et 6, en laissant sur le carreau beaucoup d’autres :

2- Autre mesure de grande générosité :

Une augmentation du point PSAEE de 0,6 % !

Ex : un salarié de coefficient 1090 se verrait offrir une augmentation de 9,10 € brut/mois ou 2,27 € brut/semaine ou 0,32 € brut/jour.

Proposition d’autant plus inacceptable que :

– le prix du panier de l’alimentaire augmente sur un an de 3% (+ 0,6% en mai 2012 ; Source INSEE). Le collège employeur ne propose une revalorisation qui n’équivaut qu’ à 1 seul mois d’inflation !!!

Et les autres mois, comptent-ils pour du beurre ?

– le même jour, le gouvernement a annoncé la revalorisation du SMIC de 2 % au 1er juillet portant le taux horaire à 9,40 euros brut (contre 9,22 euros depuis le 1er janvier 2012), soit 1 425,67 euros brut par mois (base 35 heures), soit l’équivalent de 21 baguettes et demie de «pain tradition» (contre 6 pour la proposition de l’Enseignement Catholique.)

Bénéficiaires de la mesure gouvernementale les salariés de Strate I degrés 4 et 5 ne coûteront donc ABSOLUMENT RIEN à l’Enseignement Catholique.

CONCLUSION :

Les seuls bénéficiaires de cette NAO seraient les salariés de Strate I, degré 6. Pas un centime pour TOUS LES AUTRES !

Le collège employeur essaie de nous leurrer en bonne et due forme ! Sans dépenser un seul Kopek !

AJOUTONS-Y !!!!!!

Une reclassification dégradante et qui n’a pas répondu aux attentes de chacun !

Une revalorisation attendue et promise depuis juin 2007 : en réalité, seuls peu de salariés en ont bénéficié !

Une indemnité différentielle qui a été le camouflet du collège employeur aux salariés concernés…

L’HEURE EST À L’ACTION !

Ne vous taisez plus ! Faites entendre votre voix ! Manifestez votre ras-le-bol !

Participez activement au sitting (277 rue St Jacques à Paris, le 5 juillet 2012) jour de la négociation de la Convention collective.

Ce jour-là : seront négociés le temps de travail et les avantages conventionnels.

APPORTEZ VOS INSTRUMENTS DE MUSIQUE : SOYONS BRUYANTS !

SOYONS ÉLÉGANTS, NOUS !

NB : le prix moyen du pain baguette (kg) au mois de mai 2012 (Insee) est de 3,44 €

* * * * * *

Injustice

Le lundi de Pentecôte : pour la CFTC, la journée de solidarité est une journée de travail forcé.

Joseph THOUVENEL, vice-président de la CFTC, écrit au nouveau ministre du travail, M. Michel SAPIN.

M. le Ministre,

Suite au drame de la canicule en 2003, le gouvernement de l’époque a, sans concertation avec les différents acteurs concernés, décidé d’imposer aux salariés un jour de travail supplémentaire non payé.

La CFTC dès l’origine a réaffirmé qu’elle n’était pas contre le principe de solidarité nationale pour la prise en charge des personnes dépendantes.

Nous avons dans le même temps indiqué notre opposition totale à une mesure injuste vis-à-vis des salariés et de leurs familles.

Obliger des salariés à travailler sans contrepartie de rémunération porte un nom dans notre pays, c’est la corvée, ce travail gratuit que les serfs devaient au seigneur.

La mesure autoritaire dite « journée de solidarité » s'est concrètement traduite par des aberrations économiques et sociales.

Pour n’en citer que deux :

– quel sens y-a-t-il à obliger des salariés qui sont régulièrement au chômage technique à travailler une journée de plus, comme dans le secteur automobile par exemple ?

– est-il équitable qu’une caissière de supermarché doive offrir une journée de travail à son entreprise, alors qu’un cheminot est censé travailler 1mn 52 de plus par jour pour s’acquitter de sa journée dite « de solidarité » ?

C’est à juste titre que M. François Hollande, quand il était député, nous avait fait connaitre son opposition à cette mauvaise loi, tout comme M. Jean-Marc AYRAULT qui déclarait estimer « qu’il s’agit du parfait exemple de la fausse bonne idée ».

La CFTC qui avec le Collectif des Amis du Lundi a réuni plus de 150 000 signataires contre la journée dite de solidarité, vous demande de bien vouloir prendre rapidement les dispositions nécessaires, en vue de mettre fin à l’obligation pour un salarié de travailler sans être payé.

Nous sommes sûrs, M. le Ministre, que vous partagez, avec nous, le souci d’un traitement équitable des salariés, et ce, quelque soit leur métier et leur entreprise.

Si un effort doit être fait pour la prise en charge des personnes dépendantes, celui-ci doit être justement réparti au sein de la collectivité nationale.

Pour la CFTC, cette mesure de justice n’est pas contradictoire avec le maintien du prélèvement mensuel de 0,3% sur les salaires via la « contribution solidarité autonome ».

En l’attente de votre réponse et en restant à votre entière disposition pour vous apporter tout éclaircissement ou précision sur ce dossier,

Veuillez agréer, M. le Ministre, mes meilleures salutations.

Joseph THOUVENEL
Vice-président CFTC

* * * * * *

Retour à la semaine de cinq jours de classe en primaire pour la rentrée 2013

Vincent Peillon, nouveau ministre de l'Éducation nationale, vient de l'annoncer, jeudi 17 mai. Mercredi matin ou samedi matin ? Le ministre laisse le choix aux collectivités locales.

Rappelons que la suppression du samedi matin à la rentrée 2008 avait entraîné des semaines resserrées sur quatre jours pour la quasi-totalité des écoles du pays.

* * * * * *

La CFTC veut un président à l'écoute des salariés et de leurs représentants.

ElectionsPR

Les urnes ont parlé : c’est donc à François Hollande qu’il appartiendra de présider aux destinées de la France pour les cinq années à venir.

La CFTC adresse au nouveau chef de l’État tous ses vœux de réussite pour la France et l’ensemble de ses habitants. Elle attend de lui qu’il soit le président de tous, qu’il s’affirme en garant du bien commun, qu’il soit à l’écoute des différentes composantes d’une Nation meurtrie par les difficultés économiques et divisée après une rude campagne électorale. La CFTC souhaite également que le quinquennat qui s’annonce soit synonyme de paix et de justice sociales.

Attachée depuis sa création à un dialogue social de qualité, la CFTC appelle François Hollande à la concertation avec les partenaires sociaux sur les sujets qui les concernent. Les rapports entre les corps intermédiaires et l’exécutif doivent repartir sur de nouvelles bases, un nouveau modèle et de nouvelles méthodes de travail doivent être redéfinis en vue d’une plus grande efficacité et d’une meilleure prise en compte des attentes du monde du travail. La CFTC rappelle son attachement au pluralisme syndical et attend du nouveau président qu’il respecte les différentes sensibilités du mouvement social et offre à chacun la possibilité de largement s’exprimer.

Cette nouvelle approche du dialogue social que la CFTC appelle de ses vœux est d’autant plus nécessaire que la crise protéiforme à laquelle nous sommes confrontés depuis plusieurs années est loin d’être terminée.

Pour la CFTC, les chantiers à ouvrir sont légion. Il conviendra, tout d’abord, de s’interroger sur l’efficacité des politiques d’austérité en période de récession : dans de nombreux pays, celles-ci se révèlent en effet contre-productives.

Dans le même temps, il faudra relancer la croissance par une politique économique volontariste – à élaborer à l’échelon français et au niveau européen – meilleur levier de création d’emplois.

Nous devrons, ensuite, relancer des négociations en souffrance depuis trop longtemps, notamment celle sur le partage des richesses, et en impulser de nouvelles pour répondre aux attentes de nos concitoyens. L’avenir de la protection sociale – plus particulièrement de la politique familiale mise à mal ces derniers temps – constitue pour la CFTC la troisième priorité de ce début de quinquennat.

Enfin, la CFTC espère que François Hollande mettra en œuvre les engagements pris dans un courrier adressé à son président le 27 avril dernier d’ériger en principe constitutionnel le dialogue social » et de faire vivre la démocratie sociale ». Dans cette logique, elle aimerait voir aboutir son projet de comité paritaire permanent du dialogue social comme instrument d’animation de cette démocratie sociale.

La CFTC.

Calcul

Retraites complémentaires Arrco et Agirc revalorisées de 2,3% au 1er avril

Les retraites complémentaires des salariés du privé et des cadres (Arrco et Agirc) vont être revues à la hausse de 2,3%.

Le patronat et les syndicats français ont en effet décidé de revaloriser de 2,3% les retraites complémentaires des salariés du privé et des cadres (Arrco et Agirc) soit 2,25% pour l'Arrco (tous salariés) et 1,82% pour l'Agirc (cadres).

Cette mesure prendra effet le 1er avril. Cette revalorisation rattrape ainsi un décalage dans l'appréciation de l'inflation.

La CFTC a salué d'autre part l'égalisation sur deux ans des rendements entre ces deux régimes complémentaires. Le "salaire de référence", qui permet de transformer les cotisations en points de retraite, sera augmenté de 2,25%, une mesure qui touche 18 millions de salariés.

Le saviez-vous ?

Les retraites complémentaires des salariés du privé étant un régime par point, les revalorisations des retraites concernent la valeur du point. Celle-ci passe à 0,4330 euro pour l'Agirc et 1,2414 euro pour l'Arrco.

Europe

Dans son rapport rendu public le 10 février 2012, la Commission européenne, enfonce le clou : les enseignants français sont les moins bien payés avec les enseignants grecs.

Selon le rapport, dans tous les pays européens, en valeur absolue, le salaire des enseignants a augmenté - parfois de plus de 40 % - durant la dernière décennie mais ces augmentations n'ont pas toujours été suffisantes pour permettre aux enseignants de conserver leur pouvoir d'achat.

Dans tous les pays européens - à l'exception de la Grèce et de la France - les salaires statutaires en prix constants ont progressé durant la dernière décennie, tant dans le premier que dans le second degré. Dans 20 pays, une hausse considérable de 20 % des salaires en valeur absolue a été enregistrée dans les premier et second degrés. De telles augmentations s'observent dans le premier degré en Islande et dans le second degré en Espagne.

Au Danemark (dans le premier degré), en Allemagne, Italie, aux Pays-Bas, Autriche, Portugal, Finlande, Suède, et au Royaume-Uni (Angleterre, Pays de Galle et Irlande du Nord), les salaires des enseignants ont permis aux enseignants de conserver un pouvoir d'achat similaire à celui de 2000.

Pour un large groupe de pays, un effort considérable a été fait pour garder les salaires enseignants au moins à leur niveau de 2009. C'est le cas au Royaume-Uni, qui a continué à appliquer les recommandations du School Teachers Review Body » de 2008 en augmentant les salaires des enseignants de 2,3 % en 2009-2010 et en 2010-2011 malgré le gel des salaires en vigueur dans d'autres secteurs publics. En Écosse, les salaires enseignants ont vu leur traitement augmenter en 2009 de 2,5 % et en 2010 de 2,4 %. En avril 2011, un gel des salaires est entré en vigueur pour une durée de deux ans.

En Lituanie, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, le salaire statutaire maximum est supérieur de 70 % à 90 % au salaire minimum et les enseignants peuvent atteindre ce niveau de salaire après seulement 10 à 15 ans d'expérience.

En France et à Chypre, le salaire maximum que peuvent toucher les enseignants est presque comparable à celui que touchent les enseignants débutants, mais il faut 20 ANS D'EXPERIENCE pour l'obtenir.

BonhommeSac

* * * * * *

La CFTC contre le travail du dimanche

DIMANCHES SOLDÉS

Le secrétaire d’État chargé du Commerce et du Tourisme a remis le couvert. Tous les prétextes sont bons pour encourager l’ouverture des magasins le dimanche. Travailler le dimanche aiderait, par exemple, à mieux vendre nos produits Made in France, surtout pendant la période des soldes, qui se poursuivent jusqu’au 14 février.

Résultat : les infractions à la loi continuent à se multiplier, et, comme dans le cas du centre commercial du Millénaire à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), elles sont autorisées par le préfet lui-même ! Ni zone touristique, ni Périmètre d'usage de consommation exceptionnel (Puce), la ville ne bénéficie pas des deux dérogations prévues par la loi Mallié de 2009. Mais un arrêté du préfet l’a tirée de cette ornière : l’ouverture le dimanche est autorisée en 2012, pour cause de difficulté d’accès, faible fréquentation ou chiffre d’affaires en deçà des prévisions…

À ce régime-là, c’est open-bar » pour tous les centres commerciaux de France et de Navarre ! Le secrétaire d’État veut éliminer les iniquités » sur le territoire en matière de travail dominical, estimant que le peu d’ouvertures dominicales est une faiblesse » de la destination France.

Bien sûr qu’il y a des iniquités, du fait même de la loi Mallié : comment accepter que selon le lieu géographique où je travaille, je puisse être obligé de travailler le dimanche, ou non, que je puisse être payé le double ou sans primes ? La première et la plus forte des iniquités est là : avoir posé le principe d’à travail égal, salaire et droits inégaux ! » s’insurge Joseph Thouvenel, vice-président confédéral en charge de ce dossier à la CFTC. L’erreur fondamentale est de ne pas avoir de vision globale de la société et de se laisser entraîner à la marchandisation à outrance. Nous le payons tous les jours. »

Travail Dimanche

* * * * * *

Jeudi 20 octobre 2011 de 10h 00 à 17h 30

et vendredi 21 octobre 2011 de 9h 30 à 16h 00

LE SNEPL ORGANISE UNE FORMATION SUR LE COMITÉ D'ENTREPRISE

– Quelles missions ? Quels moyens ?

– Questions pratiques sur le fonctionnement

– Plus une partie spécifique sur le rôle de trésorier

• Télécharger le bulletin d'inscription

• Télécharger la lettre de demande de congé de formation syndicale à l'employeur

Manifestation

Les salariés des organismes de formation se sont invités à la nuit de la formation professionnelle lundi 16 mai pour dénoncer les bas salaires, la précarité, l'absence de promotion et les conditions de travail. Ils réclament l'ouverture de vraies négociations.

Voici les revendications des salariés des OF – de justes revendications.

La manifestation a eu lieu le 16 mai
Lire le communiqué de presse

ManifCasino

* * * * * *

Rendez-vous

Pour lire le compte-rendu de l'audition :

Alerte sur le financement des formations

Face au très prochain choix qui doit être fait en vue de la fusion de l'OPCA EFP (organisme collecteur des fonds de la formation des salariés de droit privé de votre établissement), un différend important persiste entre le collège employeur SPELC, et l'intersyndicale CFTC, CFDT, CGT et FO.

Nous pensons que le choix vers lequel les employeurs veulent aller n'est pas le meilleur pour les salariés de nos établissements. Vous en trouverez les raisons dans le tract joint que nous vous invitons à diffuser le plus largement possible à vos collègues. Il est nécessaire aussi d'en parler à votre chef d'Établissement. Sont-ils bien d'accord avec le choix qui est en train de se faire au niveau national ?

Organismes de formations

Rien ne va plus dans les négociations : 0,4% d'augmentation des salaires pour 2010, 2011 — une proposition irrecevable !

Le SNEPL vous aide…

Chaîne TV

La CFTC a désormais sa chaîne TV sur le web
L’info qui vous concerne…
Lien permanent :  http://www.cftc.tv/


© SNEPL-CFTC • 128, avenue Jean-Jaurès
93500 PANTIN • Tél : 01 73 30 42 40
Mentions légales Email : snepl@yahoo.fr